APPEL À TÉMOINS les policiers municipaux de la ville de LYON sont sur le terrain

Suite à l’épidémie de COVID-19, tous les pays ont pris des mesures de confinement. Pareil pour la France où le mot d’ordre est « restez chez vous ».

A la ville de Lyon, des ASA (Autorisation Spéciale d’Absence) ont été accordées aux parents ayant besoin de garder leurs jeunes enfants et aux personnes « vulnérables » (agents ayant une pathologie chronique).

Cependant, beaucoup d’agents continuent à assurer leur service : c’est le cas des personnels des écoles, des crèches, des ehpad ….et des policiers.

Oui, malgré un service allégé, nos policiers municipaux sont tous les jours sur le front.

Au quotidien, confinés à 2, 3 ou 4 dans les véhicules de service, avec un masque de protection FFP3 et des flacons de gel hydroalcoolique  pour seules armes contre la pandémie qui sévit, les policiers doivent continuer à assurer leurs missions : mise en place des marchés où ils sont en contact avec une multitude de personnes ; verbalisation des infractions et enlèvements des véhicules gênants et en particulier des fourgonnettes des prostituées à Gerland, là encore au contact d’une « certaine population » ; sécurisation de l’espace public et surtout de la place Gabriel Péri où se presse en permanence une foule nombreuse et hétérogène… à la recherche de masques vendus illégalement par des trafiquants de stupéfiants et de cigarettes qui ont trouvé là un marché bien plus lucratif !

Pour lutter contre cette contrebande, les policiers sont incités par leur hiérarchie à faire des contrôles …. Donc à aller au contact de ces personnes ! Idem en ce qui concerne les rapports de contravention qu’ils doivent rédiger dans le cadre des restrictions de circulation, infractions qui, ironiquement, sont de leur ressort seulement en cas « de regroupement de plusieurs personnes sans activité particulière » !!! En effet, demander à une personne seule son attestation de déplacement dérogatoire peut être considéré comme un acte d’enquête auquel la police municipale n’a pas droit. Mais soyons rassurés, d’après la direction, tout est fait pour que les policiers municipaux deviennent vite compétents pour verbaliser en toute circonstance !!!

On le voit, la pression est toujours sur le dos des policiers municipaux, aujourd’hui devenus indispensables et à qui l’on demande d’aller au contact de tous les publics, en prenant tous les risques mais à qui on refuse pourtant toute avancée sociale et à qui on répète, quand cela arrange les autorités, qu’ils sont « différents de la police nationale et des gendarmes ».

Par leur statut, leur salaire, leur retraite : les policiers municipaux restent avant tous des agents municipaux !

Edith

Laisser un commentaire

Vous avez des propositions, des suggestions ou des réaction à apporter ? N'hésitez pas à commenter cet article...

guest
3 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Pmlyon
Pmlyon
5 mois plus tôt

Merci de nous soutenir

R G
R G
5 mois plus tôt

Bravo Édith bien résumé

Marko Ramius
Marko Ramius
5 mois plus tôt

Et en quoi les avancées sociales pour indispensables qu’elles soient protègent les agents mieux que les moyens de protection mis à leur disposition (masques, gels et gants) ainsi que les mesures de verbalisation visant à faire respecter le confinement. Car oui en effet nous avons besoin de nos policiers municipaux qui ont des pouvoirs leur permettant d’agir directement sur les contrevenants, a qui d’autres dans ce cadre devons nous confier cette mission sinon à ceux qui au quotidien au travers de l’engagement de service qu’ils ont souscrit œuvrent au quotidien pour la sécurité de tous. Un flic qu’il soit national,… Lire la suite »