Bilan des 4 dernières années de la CGT ville de Lyon

2019

Sous l’impulsion de la CGT vile de Lyon une intersyndicale se crée englobant tous les syndicats de la ville. Nous sentons bien que notre ex-ministre de l’Intérieur commence son début de campagne. Notre Gégé est prêt à promettre n’importe quoi pour se faire réélire. L’intersyndicale a du mal à se faire entendre par le maire : Pas grave ! sous l’impulsion de la CGT l’intersyndicale envahit le château et tente de pénétrer dans le bureau du maire.

Nous obtenons notre Rendez-vous et l’intersyndicale obtient la dé-précarisation de tous les postes de catégorie C (Sauf ATSEM et aide-soignante) ainsi que l’ouverture de tous les postes de catégorie C.

Gégé met en place le RIFSEEP et offre 1,9 millions d’euros pour sa mise en place. La CGT fut le seul syndicat à voter contre ce nouveau régime indemnitaire et nous avions raison puisque la masse salariale a baissé malgré les 1,9 millions d’euros supplémentaires du RIFSEEP !

Maintenant que beaucoup de primes ont été purement et simplement supprimées par le RIFSEEP c’est plus dur de recruter, et aujourd’hui, nous en subissons les conséquences.

Nous avons, pendant cette année, grâce au boycott des instances le ticket restaurant à 7,50 euro et une meilleure participation de la ville à la mutuelle.

2020

La CGT démarre l’année sur les chapeaux de roue ; éducation, petite enfance, CCAS, Placiers, … plusieurs directions ou corps de métier se mettent en grève. La CGT accompagne tous ces agents en lutte. Nous interpellons tous les candidats aux futures élections municipales, nous sentons une émulation rarement vue.

Puis arrive le 17 mars 2020. Qui aurait pu imaginer un confinement ?

Malgré les circonstances inédites, la CGT ville de Lyon s’est adaptée tant bien que mal. La ligne téléphonique CGT a été basculée sur un téléphone portable, certains camarades sont allés aider les collègues du CCAS en travaillant comme agent d’entretien, d’autres encore sont allés fabriquer des masques et surtout la CGT ville de Lyon a fait tout son possible pour garder le contact avec les agents. Fin du confinement, plus jamais ça ? … faut voir… !

La bataille pour la prime COVID : Il faut d’abord savoir qu’une grande partie de cette prime a été payée par nos cotisations sociales via la sécurité sociale.

Tous les agents ayant travaillé dans le service gérontologie ont eu leur prime payée par la sécurité sociale.

Et pour les autres la CGT a dû se battre pour que le plus d’agents ayant été mobilisé touche un peu d’argent.

Nous avons réussi à faire baisser le nombre de jour de présence exigés et obtenu une prime pour les agents qui ont subi le télétravail en mode dégradé.

Rentrée 2020 début d’année 2021 : mais quelle galère !

Tous les collectifs de travail sont suspendus, plus de réunion ni d’instance en présentiel une vraie galère pour notre syndicat. La CGT est avant tout un syndicat de terrain et proche des travailleurs. Mais comment les rencontrer quand ils sont chez eux ?

Malgré tout notre organisation a su s’adapter à la situation en proposant des rencontres et réunion d’information syndicale en visio. La direction de l’éducation connait de grandes difficultés avec des protocoles sanitaires de plus en plus difficile à appliquer.

Heureusement la section CGT de l’éducation est là et se bat comme des lionnes pour que les droits des agents soient respectés, avec l’obtention de congés supplémentaires ainsi que la fin des missions de société privée pour l’entretien des écoles.

Et nos nouveaux élus de la gauche sociale écologique dans tout ça ? Pas grandchose à en dire. Gégé est parti mais en nommant son poulain directeur général des services nos verts envoient un message fort aux organisations syndicales : “le changement dans la continuité“ !

Rien n’a réellement changé.

Nous nous demandons même qui commande réellement à la ville de Lyon. Estce l’administration ou les élus qui gouvernent la ville ?

Bref nous avons un autre slogan pour nos écolos et leur pseudo dialogue social “ la clarté dans la confusion“ est beaucoup plus adapté.

Eté-rentrée 2021.

Au combat ! Deux gros dossiers arrivent pour cette rentrée. L’augmentation du temps de travail et le droit de grève.

Tout un programme. La CGT est prête et rejoint l’intersyndicale sur ces 2 dossiers.

Un rendez-vous est organisé avec le maire le 13 juillet. Nous allons pouvoir juger de la fibre sociale de notre nouveau maire !

Mais quelle déception !

Quand la CGT lui dit que ce n’est pas dans le programme des écolos d’augmenter le temps de travail, il nous répond ce n’est pas de sa faute, c’est le méchant Macron qui veut nous faire travailler plus.

Et que finalement la réduction devrait être une bataille nationale et non locale. Et la bataille écologique est locale ?

Notre maire aura beau nous foutre tous à vélo il ne va pas régler le dérèglement climatique à lui tout seul. L’intersyndicale quitte cette réunion et dépose immédiatement un préavis de grève pour la rentrée.

La réponse du maire fut cinglante avec une note de service, signé par notre DGS, limitant le droit de grève aux agents en contact direct avec des enfants. Donc les agents des crèches et de l’éducation.

En gros merci pour votre dévouement pendant cette crise sanitaire, mais ne vous plaignez pas et surtout ne faites plus grève.

La CGT a porté ces responsabilités jusqu’au bout en assignant la ville de Lyon au tribunal administratif pour cette note de service. Nous sommes toujours en conflit pour cette note et nous attendons encore la réponse du tribunal.

Mise en place des 1607H. Notre organisation combattit jusqu’au bout pour que le moins d’agents possible soient impactés par cette loi. Avec, par exemple, 3 jours avant le passage en CT, l’accompagnement des éducateurs sportifs pour faire reconnaitre la pénibilité de leur métier.

Ce qu’ils ont obtenu grâce à la CGT : Après le passage en CT le rythme de travail de ces agents ne change pas. Comme dans les écoles.

2022 et ça repart

Enfin une année presque normale. La fin des protocoles sanitaires à rallonge à partir du mois d’avril. Les agents de nombreux services, dont l’éducation, peuvent enfin souffler. Et à la CGT nous pouvons reprendre notre activité syndicale habituelle. De nombreuses réunions d’informations sont faites un peu partout. Les collectifs de travail se reforment, les formations santé travail reprennent de plus belle.

La CGT ville de Lyon a su réveiller le collectif national des ATSEM CGT pour porter au niveau national les revendications légitimes de nos collègues.

Nous soutenons et déposons un préavis de grève pour les camarades des sports travaillant dans les piscines à qui la ville de Lyon souhaite supprimer leur prime d’été.

Nous arrivons à trouver un accord et cette prime est maintenue. La rentrée 2022 est aussi marquée par une inflation galopante.

La CGT ville de Lyon dépose depuis cette rentrée de nombreux préavis de grève pour défendre notre pouvoir de vivre.

Vivre pour travailler et non travailler pour vivre pourrait être notre slogan pour cette rentrée, avec comme leitmotiv : la fin des contrats précaires et l’embauche de fonctionnaires, le passage aux 32h à temps plein, l’annulation de la note de service du 23 août 21, une prime inflation, une augmentation de l’IFSE, …

Et 2023 alors ?

C’est à vous de continuer cette histoire !

C’est à vous, en votant CGT, et en faisant voter CGT autour de vous, de permettre à notre syndicat de continuer de lutter !

C’est à vous de venir vous syndiquer et de continuer les luttes avec la CGT !

Laisser un commentaire

Vous avez des propositions, des suggestions ou des réaction à apporter ? N'hésitez pas à commenter cet article...

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments