Déclaration préalable CGT au Comité Technique de la ville de LYON du 18 juin 2021

Déclaration préalable CGT au CT du 18 juin 2021

Mesdames, Messieurs,

L’application de la loi d’août 2019, pourrait conduire à un allongement du temps de travail, pour les agentes et les agents de la Ville de Lyon. Cet accroissement, serait de trois jours pour l’ensemble des agents et jusqu’à 12 jours pour certaines personnes.

Quand, en août 2019, le gouvernement MACRON a fait voter une loi pour une application stricte des 35 heures dans la fonction publique, c’est avec une arrière-pensée, celle que les fonctionnaires ne travaillent pas assez.

La réalité c’est que la plupart des collectivités locales avaient accordé, au fil des décennies de luttes, des mesures d’allègement de charges de travail et d’amélioration des conditions de travail.

Le syndicat CGT vous demande de ne pas appliquer cette loi et de demander son abrogation.

Allonger le temps de travail c’est aller à rebours de la marche de l’histoire sociale.

En effet, la réduction du temps de travail est une revendication historique du monde ouvrier. La journée de douze heures, donne lieu à de nombreuses luttes sociales dès les années 1830. A cette époque, on travaille quinze à dix-sept heures par jour. Un décret de 1848 fixe, pour la première fois, la journée de travail à douze heures. Mais cela ne dure pas : Le patronat impose l’allongement de la durée du travail sous le second Empire.

La revendication des huit heures apparaît en 1864. La loi Millerand, organise progressivement la transition vers la journée de dix heures. Le repos dominical obligatoire est acquis en 1906. La loi de 1919 institue la journée de huit heures, sur la base générale de six jours de travail par semaine.

En 1936, le Front populaire et le puissant mouvement de grève avec occupations d’usines, imposent la semaine de quarante heures et l’instauration de deux semaines de congés payés. La 3e semaine de congés payés est légalisée en 1956.

En 1969 c’est la 4e semaine de congés payés. Le gouvernement décrète en 1982 le passage de la semaine de travail à 39 heures et la généralisation de la 5e semaine de congés payés.

Depuis, la durée du travail des salariés à temps complet a plutôt tendance à augmenter, tandis que le travail à temps partiel s’envole.

La loi sur les 35 heures en 2002 constitue la dernière grande étape historique de la réduction du temps de travail en France.

Allonger le temps de travail, c’est augmenter la fatigue des agentes et des agents, c’est diminuer la qualité du service rendu par les personnels.

Vous avez pu le constater, depuis que vous êtes élus et en ce temps si particulier de l’épidémie COVID, le service public tient grâce à ses agents, qui ne comptent pas leurs heures et leur engagement. Mais cela se fait au détriment de leur santé.

Allonger le temps de travail, c’est repousser encore l’embauche de chômeurs alors que le sous-emploi explose en cette période de crise économique et sanitaire. Votre municipalité a affiché un choix d’inclusion sociale. Vous avez augmenté le nombre de stagiaires et d’apprentis. C’est bien, mais il faudra que vous développiez aussi l’emploi public, pour assurer les services dont la population a besoin.

Allonger le temps de travail c’est augmenter l’usure de la planète en poussant à la productivité des travailleurs, pour le profit de quelques –uns, alors que la période réclame le développement de services publics respectueux des hommes, de la nature et utiles à tous.

Allonger le temps de travail, c’est diminuer le temps de vivre, en pleine période de pandémie, alors qu’est mis à nu le besoin humain de se réunir et de s’épanouir, en donnant un sens à sa vie.

Mesdames et Messieurs les élus, imaginez, la Ville de Lyon, celle de Grenoble, de Strasbourg, et toutes les Villes dirigées par des élus verts ou de gauche, appliquer leur propositions sur le temps de travail. La semaine de 4 jours pour les verts, les 32 heures pour la gauche. Que pourra faire, en face, le gouvernement, si dans le même temps les travailleurs appuient ces propositions ? L’année 2020 a été un tournant, si nous ne connaissons pas encore le monde d’après, vous avez-vous aussi le pouvoir d’écrire l’histoire.

Une histoire qui va dans le sens du progrès social, de l’émancipation humaine, qui préserve la planète et ses écosystèmes.

Le syndicat CGT ne négociera pas un allongement du temps de travail.

Le syndicat CGT va appeler les personnels, qui ont montré leur engagement dans le service public, en particulier en cette période COVID, à continuer la lutte historique pour la diminution du temps de travail et l’émancipation humaine. Nous allons poursuivre nos actions pour des rythmes et des conditions de travail qui préservent la santé des agents et des agents, pour l’amélioration du service public.

Laisser un commentaire

Vous avez des propositions, des suggestions ou des réaction à apporter ? N'hésitez pas à commenter cet article...

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments