Déclaration préalable de la CGT au Comité Technique de la ville de LYON du 12 mars 2021

Monsieur le Président
Nous tenons à vous alerter sur la situation des agents du CCAS qui ont vu leurs conditions de travail, déjà difficiles, se détériorer depuis le covid.
Nous vous alertons sur des questions très concrètes qui se passent dans de nombreuses résidences senior de la ville.
Par exemple :
Seulement quatre résidences sur 15 fonctionnent avec la totalité du personnel en place, soit trois postes et demi.
Quatre autres fonctionnent grâce à des contrats en « besoins occasionnels » pour se
rapprocher du fonctionnement de trois et demi.
Une autre fonctionne avec un « besoin occasionnel » administratif, non diplômé.
Il y a une résidence, où depuis mars 2020 l’assistante est sans agent de direction, seule, ou aidée par une ASD mobile, qui est intervenue d’octobre 2020 à février 2021.
Dans un autre établissement, sans assistante celui-ci, une personne mobile a parfois été affectée depuis Mars 2020.
On constate également, dans une autre résidence, que le remplacement du poste d’IDE est en cours de réflexion, avec une demande de remplacement temporaire mais pour laquelle il manque un temps plein.
Nous observons dans une résidence senior, un demi-poste d’emploi protégé qui se trouve être non remplacé.
Dans deux résidences, où la directrice est en télétravail et trois agents sur le terrain, il manque un demi-poste en présentiel, dans chacune de ces équipes.
En conclusion de cet inventaire à la Prévert,
– Sept résidences sur 15 dysfonctionnent gravement,
– Quatre autres fonctionnent avec 3,5 équivalents temps plein mais avec des contrats précaires.
Il y a un besoin de personnel criant dans ces structures. Les mobilisations des agents, avant même le Covid-19, notamment par des grèves accompagnées par la CGT, vous avaient déjà alerté, afin de réclamer des poste supplémentaires.
Aujourd’hui la situation sanitaire nous donne raison. Les services publics, particulièrement dans la prise en charge de nos aîné-es, doivent se doter de suffisamment de personnel qualifié et sous statut pour répondre à la demande croissante de la population.
Les agents du CCAS s’occupent d’humains qui ont besoin d’une présence attentive. Les différentes demandes et attentes des familles sont de plus en plus fortes.
La situation financière et familiale précaire des personnes accueillies comme la nature de pathologies psychologique lourdes rendent le travail des agents de plus en plus difficile alors que les besoins des résidents sont de plus en plus complexes.
La Différence entre travail prescrit et travail réel se creuse chaque jour.
Dans les résidences, l’absence d’agents de Direction la moitié du temps oblige les aides soignantes, catégorie C, à répondre aux sollicitations pour l’administration, l’animation ainsi que le suivi du personnel.
Et tout cela, sans parler de la multitude des taches à accomplir, la prise en charge des résidents, des vacataires, des locations de salons aux associations, les traitements contre les punaises de lit, de la Covid, des étudiants logés, des travaux etc.
La Charge mentale qui pèse sur les agents est elle aussi, de plus en plus importante. Elle est aggravée par la pression des familles, le fort sentiment de solitude et d’isolement, ainsi que la responsabilité.
Ces agents de catégorie C, sont, de plus, amenés à remplacer des catégories A en s’occupant de résidence pouvant accueillir 50 à 60 usagés. Le tout pour un salaire brut pour les plus anciens, ne dépassant les 1830 €.
Applaudir à sa fenêtre à 20h ne pourra jamais améliorer les conditions de travail et augmenter les salaires !
Nous vous demandons expressément de passer de la parole aux actes, en embauchant massivement du personnel sous statut, et en augmentant l’attractivité du poste d’aide soignante.
Ce métier qui se trouve être à flux tendu mérite un effort, notamment par un régime indemnitaire plus intéressant.
Nous aimerions aussi une prise de responsabilité politique, de votre part, en demandant et en soutenant, l’augmentation du point d’indice. Refuser d’appliquer la réforme de la fonction publique, notamment en augmentant pas le nombre d’heure de travail des agents, déjà beaucoup trop sollicités et fatigués, serait un geste fort de votre part.
Certes vous nous répondrez que les agents ont pu avoir accès à la prime grand âge.
Cependant, dois-je vous rappeler dans quelles conditions elle a été obtenue ?
Même si cette prime est la bienvenue, elle pose une vraie question, n’étant pas financée par la collectivité, mais par la Sécurité Sociale donc auto-payée sur nos cotisations.
Pour toutes ces raisons, une délégation d’agents du CCAS, accompagnée par la CGT, sollicitent un rendez-vous avec vous, afin de pouvoir évoquer ces situations.
Merci pour votre attention.

Laisser un commentaire

Vous avez des propositions, des suggestions ou des réaction à apporter ? N'hésitez pas à commenter cet article...

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments