Triste et en colère de Francoise du Centre Hospitalier du Vinatier

Comment soigner ces gens qui se sentent déjà persécutés ou qui pensent qu’on va les empoisonner en leur interdisant de sortir ?

Comment aider ces gens qui ont envie de mourir en les faisant sortir de l’hôpital pour préparer les lits qui accueilleront les patients atteints du coronavirus ?

Je ne sais pas, je ne sais plus.

Quel beau métier !

J’ai mal à la tête quand on ne trouve qu’à me dire que je ne devrais pas porter mon unique masque de la journée dans le cou, que je risque de le contaminer, alors que je n’arrive plus à respirer et que j’ai soif.

J’ai la nausée quand on dit à la télé que les soignants sont des héros. Je ne suis pas une guerrière mais une soignante !

J’ai la rage quand nos dirigeants nous flattent de peur qu’on quitte nos postes de travail. Ils ont oublié les gaz lacrymos quand on leur demande des sous pour juste faire correctement notre boulot ? Pas moi.

Ils ont oublié les économies de médicaments, de lits, de couches, de slips, de stylos, de couvertures qu’ils nous imposent ? Pas moi.

Ils ont oublié les multiples réorganisations qu’ils nous ont fait subir parce-qu’on peut faire mieux en étant moins nombreux ? Pas moi. 3 soignants pour 25 personnes hospitalisées en souffrance psychique ! De qui se moque-t-on ? De moi, de nous toutes et tous, patients et soignants.

Je suis triste et en colère de comprendre que jamais je ne pourrai faire mon métier avec fierté.

Laisser un commentaire

Vous avez des propositions, des suggestions ou des réaction à apporter ? N'hésitez pas à commenter cet article...

guest
3 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Jean Philippe ramos
Jean Philippe ramos
5 mois plus tôt

Ma chère Françoise,
Tout cela est culturel. Tant que nous serons considérés commme, beurk, dévoués et compationnels, ce sera comme ça. Nous ne rappelons pas assez que nous sommes des professionnels, les uns comme les autres, formés, qui s’améliorent avec le temps et les formations continues. Et que, tu le sais, je considère la vraie bataille comme étant celle des salaires. J’aime mon métier mais ne veut avoir à payer pour ça.
Bisous
Jean Philippe

Privas
Privas
5 mois plus tôt

Bonjour Françoise.
Je suis totalement d’accord avec toi. La crise passée, on nous aura oublié ! A la poubelle nos belles dévotions.
Alors gardons en-tête le pourquoi de tout ça et gardons nos convictions intacts.
Je viens de prendre une dispo pour fuire l’HP et voir comment on soigne en clinique.on verra bien mais en tout cas, pour le moment je suis au calme….
Bon courage à tous.
Merci Francoise.
Christelle