Va-t-on vers une privatisation des piscines

Depuis quelques années, nous sentons que le vent tourne au sein des piscines de la ville de Lyon.

Tout a commencé avec l’annonce de la fermeture de la piscine d’été de Gerland en 2017, profitant du départ de l’OL, de l’arrivée du LOU et prétextant de la vétusté du site. Une prolongation de 3 ans avait alors été accordée grâce à la pression des Lyonnais et des usagers de ce site, privés de leur piscine.

Suite à cela, la ville de LYON s’engageait à ficeler un projet de nouvelle piscine pour 2020, soit en semi-gestion, soit en gestion complète avec un partenaire privé.

Depuis nous n’avons plus beaucoup d’informations sur ce sujet car la ville de Lyon a essayé de céder le bébé au LOU, pas trop d’accord pour le mettre en place.

A peu près à la même époque que l’annonce de la fermeture de la piscine de Gerland, la ville sort de ses cartons le projet CPE ( Contrat de Performance Énergétique ).  Deux sites furent tirés au sort, pour la mise en place. Le musée Gadagne et la piscine de Vaise.

Qu’est-ce-que ce CPE ?

Pour faire simple : on prend des bâtiments énergivores, on demande au secteur  privé de proposer des économies d’énergie, celui-ci fait les  travaux et dans un délai prédéfini, on regarde les économies réalisées. Bien sûr, ces travaux sont à la charge de la ville de Lyon !

Pour la piscine de Vaise c’est l’entreprise Engie-Artelia qui a gagné l’enveloppe. Elle demande de  débourser 4M € à la VDL pour faire les travaux et pendant 7 ans, elle suit et fait la maintenance du matériel produisant les flux !

Résultat : C’est la disparition de certains corps de métiers de la fonction publique et même la disparition de certains services ( chauffagistes, électriciens, plombiers, factos … )

Il est possible qu’à terme, si le résultat est concluant, ces entreprises privées ne prennent pas en gestion la totalité des sites ( agents d’accueil, agent d’entretien, MNS, DGTB, CTS ?…. )

Cela représenterait un nouveau recul des services publiques accessibles à tous sans notion de rentabilité et avec l’équité de traitement de tous les usagers.

Ne nous voilons pas la face le but premier d’une entreprise sous-traitante est bien entendu de dégager du bénéfice, ce qui n’est pas le cas d’un service public.

ALLONS-NOUS LAISSER FAIRE CELA ?

Certains services nous font remarquer qu’à cause des derniers mouvements de grève au centre nautique Tony Bertrand, la direction et les élus aux sports envisageraient, une  éventuelle, privatisation du site, afin de pouvoir ouvrir sur des créneaux bien plus larges …

LA PRIVATSATION AU SEIN DE LA VILLE DE LYON APPROCHE, NE LACHONS RIEN !

Laisser un commentaire

Vous avez des propositions, des suggestions ou des réaction à apporter ? N'hésitez pas à commenter cet article...

avatar
1000